mon parcours

en

Musique Stellaire
Une plongée bleue dans les profondeurs de l’Univers

Sentir le souffle des particules. Ouvrir la porte, plonger dans l’immensité de l’Univers; vous êtes en suspension dans l’architecture de l’espace où le temps se replie.

Vie stellaire

Les souvenirs de mes vies stellaires me sont réapparus il y a quelques années et m’ont permis d’être plus en paix avec l’ici.

A l’aide de ma connexion avec les baleines stellaires, je crée des musiques aux couleurs d’autres mondes. A l’intérieur de ces sons étranges, et pourtant familiers, sont contenus des codes cachés. Ces codes se répandent à travers ma musique comme des poussières d’étoiles permettant à chacun de s’en saisir et de se souvenir de sa subtile connexion à sa propre constellation.

Vie humaine

Après avoir suivi une formation dans différents conservatoires en contrebasse et en composition électroacoustique, Ingrid Obled est lauréate du concours international de composition Musica Viva en 2006. Sa composition Si je regarde est jouée à l’Institut franco-portugais de Lisbonne et éditée sur le label Miso Records en 2007.

Dans des lieux conventionnels ou plus atypiques (en forêt, chez l’habitant…), elle expérimente le son et la musique sous diverses formes : pour l’art contemporain (Soundlence dans une installation collective au centre d’art de Belem en 2010, filaments pour l’AFIAC 2013 festival et + si affinitéTraversée entre deux mondes en 2016 Aux Bazis), pour Tülü du compositeur Pierre Redon (Tournée en Colombie en 2017, à Shanghai en 2019, en France en 2021), depuis 2020 pour le projet TIO – Toulouse Improvisers Orchestra à l’initiative du GMEA… Et elle crée un  solo nyckelharpa, contrebasse et looper, dont le 2ème album Where it leads sortira prochainement.

Son approche questionne la réalité et ce qui nous relie, au travers de ses installations – où elle collecte des paroles au travers d’entretiens en utilisant le sens des mots comme matière musicale – et au travers de sa musique – où elle détourne l’utilisation d’instruments et d’outils numériques.

Elle ouvre des espaces parallèles où les repères de temporalité et de lieu sont effacés pour laisser place à un univers intime et poétique; des créations à l’orée d’une anthropologie musicale, une communion, une expérience hors du temps.

crédit photo Tomáš Malík